Exi_. 6

TweetSur la page de l’exil, j’ai eu un accroc, une maille tirée à vue, ordre de reconnaître mes mots, mes morts. Entre l’exil et l’exit, une barre sur un t, de celles qui nous ont manqué. Un pont. Une couture. Overlock. Du point. Je fais des étoiles avec tes yeux Tu fais de la lumière…
Lire la suite

Le dix au soir.

TweetJe pensais sensiblement la même chose que toi. Discours forts, encourageants, qui témoignaient entre autres du passage de la lutte à une nouvelle étape. D’une extension-réduction de la lutte. Extension, parce qu’elle s’étend à d’autres groupes. La sensibilité s’est propagée comme les vagues concentriques par-dessus les berges atteignent parfois les chaumières. Réduction parce que, ce…
Lire la suite

L’extraction

TweetCe qui m’a sorti des remblais, pour me jeter au fond de ma propre tombe: c’était avant de quitter le Jardin par la grande porte grillagée. C’était avant cette fausse résurrection qui m’a fait continuer d’habiter un corps que je faisais se mouvoir, parler, heurter des gens sur la rue, voyager, sans vivre toutefois. C’était…
Lire la suite

De la haine, gratuite.

TweetIl faut dire d’entrée de jeu qu’elle m’énerve. Pas que je la connaisse, ou quoi que ce soit, pas que je l’aie vue agir, un soir, dans un bar, avec un garçon, et feindre d’être touchée ou intéressée par le moindre de ses propos, avec pour seul objectif en tête de le ramener chez elle….
Lire la suite

Une lettre pour toi

TweetBonsoir,   J’ai quand même pris le temps d’y penser, sans doute un peu trop. Tenté de me comprendre, parce que, je le sais bien, je te dois des explications. Je te les dois, de mon humble avis, pour d’autres raisons que la seule justification. Ce serait tout presque simple, je pourrais m’en laver les…
Lire la suite

Étreindre la carcasse.

TweetLongtemps. C’était bien avant que le soleil ne sache qu’il pouvait briller sur les mers où tu fais course. De la mort qui s’expose en drapeaux noirs, on ne savait rien; des os croisés, aucun reflet de lune n’éclairait la blancheur. On n’avait pas crié «eurêka», on croyait que les océans se terminaient en abymes,…
Lire la suite

Croquer des cailloux

TweetTu nais et on te dit : « Dieu ». Tu ne sais trop qu’en faire. Lorsque vient le temps de te poser quelque question que ce soit, « comment ?», « pourquoi ? », surtout, « vers quoi ? », la réponse est déjà là, saillante, à l’orée du bois où autrement tu te…
Lire la suite

Exit. 5

TweetTu sais pas Le liège qui me dort dans les veines Les carrousels qui dansent au rebord de la Seine Où tu virevoltes acrobate en mes songes Voguant dans l’onde où tu me longes Tu sais pas La fête foraine qui prend place les matins Les jours de pluie, les rideaux de satin Les bedeaux…
Lire la suite

Franchir un pont-levis

Tweet« Le regard suspendu sur tes châteaux d’Espagne je ne contemple plus que la tourelle éloignée où gît la menace que j’escrimais les yeux voilés dans ta grande salle de bal sous le grand lustre de la voûte où tu protèges ton désir des intrus malfaiteurs qui passés le pont-levis n’ont plus d’yeux de mains…
Lire la suite

What grows on you?

Tweettu grow on me le feu dans Barcelone avant l’épidémie vestiges de Babylone tu grow on me tu glow in the dark t’es l’aube et la nuit la foule de Newark I once was a kingdom avant que tu ne le nommes mais tu grow on me souveraine ennemie I once was a kingdom But…
Lire la suite