Sans filtre.

Jamais plus entretenir des vestiges; les laisser se putréfier. Décomposition. Décomposer les bribes en brises fraîches. Je cherche un paradis de secours.

Urgences grottesques. Urgences grossières. Il fait froid. Jérusalem enseveli sous le sable, qui se meut de terre en terre. Miséricorde, misère hardcore, misére et corde. Cordages visqueux, que cette pendaison! Sous des cieux demeures d’anges vaudoux, succombent, ignifuges, des rieurs enflammés. Où es-tu?

Les charrues battent un bitume englué, fauchent ce qu’il reste de mon désir. Balaient mon ennui, balaient ces ressacs vils, animations japonnaises érotiques. T’as des baguettes chinoises dans la tête. en norvège on utilise des fourchettes en afrique les doigts en amérique c’est au seins qu’on se dévoue. Pleurniche, rougeaud abuseur public. Anime la scène japonnaise de queue branlante suintante loufoque vestige. Un sourire dégouttant. C’est ma mie qui s’immisce. Le rire d’une vie qui nait. J’engendre la clôture, mi-haute, surpasse la frontière, qu’on met en tombe. Dégrise. Revit. Aguichante salive sur le porte-manteau. Ça sent le sexe. Ça fleure les gouttes. Longtemps qu’on a mis en terre tel fourreau… L’immense soupière où je baigne, se refroidit. Je me hérisse en toi. Mon sexe pleure. Je suis vermifugé. Je suis partout fugitif. Démétol. Morphine. Acide cyanhidrique. Farfouille, détective, 20000 lieues sous la terre, je me dérobe à l’enfer. Je ne cherche qu’un paradis de secours.

L’enseigne me séduit. L’enseigne ment. L’esprit du vent me rudoie. On mange? Mettons nous sous table. Filons les gants blancs. Ô grande muse, je me désole. Que fait la mer sur moi? Mère, surmoi… How old are thou?

Que vive ma………. âwww… Jazzy Night in a lost W.C. Merde! J’arrive au sommet du mont Toi. J’ai froid. Attise mes pleurs, attise ma peur, attire-moi vers l’heure, file mon bonheur. Stupeur. Où t’es. T’es où?

Je me console, ton sein est froid. Dure réponse de mon filon d’art. Vite, venge-moi. Dévore jusqu’à l’aube de nos envies, que je meure à l’autre vie. Demain, je rigole, tantôt, nous serons. Crois-tu en moi?

Sauve-toi. Rien à fouttre. Rien à fouttre ici, je suis vide. Fous-toi de moi, avec moi sur moi en toi que j’en meure. Brutale expression de désespoir. Épouse-moi je pars en Birmanie. C’est où?

_____
(NDA, 2009 : J’ai vraiment écrit «mon sexe pleure». La honte! Sacrée jeunesse…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *