Seize heure treize

Seize heures douze
Des hommes s’entretiennent
Avec la rue enneigée
Au fait de ses engelures
Qu’ils pansent de coups de pelle

L’escalier s’anime
Sous la taciturne voisine
Qui rentre de voyage
Comme un enfant
Qu’on appelle à table

Dans la lessiveuse se tordent
Quelques chemises rayées
Et mon âme tachée de détersifs
Sous les pas encombrants
De la voisine et des hommes d’entretien
Il est seize heure treize

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *