Les robes des muses

Chairs au vif qui se cuisent, de sels, d’aurores mornes
Englobées de noirceur au petit jour vibrant
Regard ensanglanté, je suis le maître borgne
Dans le silence trouble qui plane assidûment

S’élèvent des écueils de crystal et d’argile
Dont les pointes mutilent chacune de mes envies,
Et ma peur s’illumine et tout mon être est vil
Nuée phosphorescente sur mon être transi

Contrastant aussi peu que la sueur et les pleurs
L’eau salée d’Antarctique raffermit ma douleur
Toujours le vent se charge de sécher mes humeurs
Se perdant en ces algues où mes sirènes pleurent

Un chant d’amour vieilli que j’ignore, que j’ose
Expirer en sanglots, oui, mes muses larmoient
En leurs robes de nacre, elles râlent sur moi
Quand un opaque jour s’émeut de tons de rose

Je regarde la mer et m’entretiens ainsi
Quand les robes des muses seront des coquillages
Sous cette ère d’eau froide en cueillant mille vies
M’en entaillant les veines je suivrai leurs sillages

Jusque dans la pénombre le doute et la douleur
Me blessant ainsi qu’elles souffriront l’engelure
J’atteindrai s’il leur plait et malgré leur rigueur
Le nid où les passés perleront au futur.

Le titre a été dicté par Reine Laurence, il y a longtemps.
Toutes les robes ne se perdent pas dans des mers de froufrous..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *