En passant par chez moi…

En passant par chez moi, un soir de grande noirceur, j’ai aperçu au fond de la cour quelques vestiges de mon ancienne vie. Quelques lattes de bois dur posées contre le cabanon. Il faudrait bien que je revienne ici, faire un peu de ménage… Mais il y a tant à faire ailleurs. Tant de bonheur à vivre. À quoi bon revenir m’épancher sur toute cette saleté?

…et si j’en avais envie?

J’aimais bien quand l’écriture était mon exutoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *