Racoleuse.

Nos deux corps ensembles
Tiédissent tous nos sangs
Le tiens chaud refroidit
Et moi je vieillis

Regarde sous nos peaux éperdues
Les citées manuscrites
Sur des pierres inédites
Et j’espère un peu plus

Mais désormais piégés
Je perçois la chute
Nos étoiles tombées
Sur des sentiers abrupts

Rêves-tu ou tu meurs?
Ou tu fuis, ou tu craques
Peux-tu croire que je pleure
Tout mon soûl sur l’arnaque

Nos deux corps ensembles
Tiédissent tous nos sangs
Le tiens chaud refroidit
Et moi je vieillis

Mais vois donc mon amour
Mon amie inconnue
Touche de ce velours
Par-delà nos corps nus

Je sais bien l’incongru
Tu rigoles, j’ai la haine
D’une victime éperdue
Sans appel, je m’égraine

Et je veux t’émouvoir
Je m’enlise, c’est notoire
À tout perdre, la raison
N’est plus qu’une tradition

Et puisqu’on en viole déjà…
Racoleuse, tu m’a eu.

Nos deux corps ensembles
Tiédissent tous nos sangs
Le tiens chaud refroidit
Et je me meurtris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *