l’importance des jours où on ne sait pas

Si l’important, c’est d’aimer
Mais qu’on s’enfuit toujours
Pour espérer…
le coeur, mi léger mi lourd
Vers d’ailleurs lointains
je n’aurai de cesse
je boirai du vin
et je tiendrai promesse

Et si l’important, c’est d’aimer
Mais qu’on repart toujours
pour s’envoler…
le coeur, mi léger mi lourd
vers d’autres horizons
qui, toujours, seront
aussi triste que mornes
Et futiles et vains
Mais nous savons que Rome,
n’est pas si loin.

Et que l’amour n’est qu’un
Et qu’il n’a pas de fin
Alors, je croirai, enfin
Que peut-être, qu’un…
Ou des… ou… demain?

Ou jamais, ou rien.

Si l’important c’est d’aimer
L’important c’est d’y croire
Qu’importe tout le noir
L’important, c’est d’espérer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *