gommés

Je suis encore tout gommé
de rhum      les yeux collés
à ton dos que      j’ignore
comme un homme
que tu paierais      plus fort
pour éteindre l’incendie
qu’autrement      tu aspires
à (grands coups) devenir
plus grande      plus belle      plus stone

J’ai fait de toi une putain
de      luxe dont j’ai pas les moyens
t’as mon drap gravé sur le flanc
de la colline contre laquelle j’hibernais
tu m’éveilles au printemps
comme on allume une lampe
j’suis même pas une lumière
et j’ai peur      de t’éteindre
quand je souffle dans ton cou
toi t’as soufflé mon être.

Reste là, rendors-toi, j’irai pas
travailler      d’autres femmes
après toi      je suis vierge      de désir
t’as épousé le pire
                   / des_espoirs
pense pas à me sourire
songe même pas à t’ouvrir
un oeil      balaye mon cafard
sous le tapis      git mon corps
Rendors-toi j’ai pas envie
                   / de mourir

                   Tu transpires
quelques gouttes      de bonheur
longent ma vicissitude
pose pas ton pied au sol
fais-moi      ton habitude
est d’allonger      les heures
ont faussé ma boussole
emmène-moi vers le Sud
j’vais faire ça vite
                / j’ai pas prévu mourir vieux.

4 réflexions sur « gommés »

  1. c'est la première fois que je vais te lis. J'en suis encore bouleversé.
    C'est très beau. Un texte que j'aurais aimé pouvoir écrire.
    Congratulation!!!!!!

  2. Je ne sais quoi dire d’autre que ;
    Ce texte est une des plus belle chose que je n’aurais jamais lu … j’en suis jalouse, j’aurais voulu être ….

  3. Tu vois, t’es capable de faire des one nigths … même que t’écris mieux sur elle que sur aucunes autres ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *