La Vérité sur la Connaissance (ou comment quitter le Jardin en trois mouvement sans avoir vraiment tout compris)

Premier Mouvement: immobilisme
J’en appelai à l’intelligence de l’Humain. À son entendement. Il eut fallu pour vivre remodeler tout et puis non. Il eut fallu pour vivre que l’on n’existât pas, d’abord, et que l’on naquît, incidemment, tous le même jour.

C’était donc que nous ne vivions pas véritablement. Que l’empêchement était plus fort que la volonté. Une colonie de moines, dont les vœux écrasaient le souffle de vie, erraient dans les coulisses jaunâtres du savoir. Chaque élément que l’on connaît perd soudainement de son intérêt, car ce n’est plus l’objet d’étude qui nous émerveille, mais le fait que nous connaissions cet objet, notre compréhension de son fonctionnement.

Prenez une forêt vierge que l’on explore : les premiers pas qu’on y fait sont animés d’une passion, d’une volonté impressionnante de tout connaître. On veut comprendre l’écosystème, dénombrer les espèces qui y habitent. Et chaque découverte est belle et émouvante. Mais lorsqu’on la connaît, lorsqu’on l’a analysée de fond en comble, que chaque parcelle de terre a été remuée et chaque race d’oiseau étiquetée, alors on se félicite de tout ce beau travail, on lève le camp et on coupe la forêt pour en faire du mobilier de chambre à coucher. On s’en fout, une fois qu’on connaît, de connaître. C’est acquis, passé.

Le savoir n’est donc pas une issue à la question de l’existence, car il détruit la beauté intrinsèque de l’être encore inconnu. Pire : on peut savoir qu’on sait. Alors on ne s’intéresse plus même au fait de connaître. Blasé, ennuyé, on se terre et on se tait.

Voilà où nous en étions. Entrés au Jardin depuis trop longtemps, et côtoyant chaque jour le savoir et ceux qui savaient, ces constructions mentales et physiques n’avaient plus de sens que dans l’absolu dimensionnel. Vingt mètres de haut, sur sept de large et dix huit de profond : la chapelle de la géographie. Trente-trois par quinze par quarante : le temple de la sociologie. Rien ne restait plus de l’importance perçue de ces matières, qui nous avait autrefois poussés à creuser des fondations, et à cimenter les premières pierres…

Deuxième mouvement : mobilisation
Lorsque je descendis les marches, ce matin enneigé, je ne découvris rien d’autre que la routine qui avait suivi son cours sans la cloche. La routine. Tous avaient continué normalement leurs activités, et rien ne leur avait fait remarquer l’anomalie. C’était signe que tout allait rondement, et inutilement, vers une fin médiocre parce qu’elle devait s’imposer à des moines, adeptes du savoir et pourtant inconscients de leur propre réalité. Inconscients qu’ils se blasaient, avaient cessé de s’émerveiller, ne vivaient plus. Pensaient.

Je sus qu’il ne servait plus à rien d’aspirer à quitter le jardin, qu’il suffisait de mettre un pied devant l’autre et d’aller vivre ailleurs. Car vivre, vivre vraiment, ici, était impossible. On en savait bien trop.

J’en appelai à l’intelligence de l’Humain, à son entendement. « Sachez, mes frères, que vous vous leurrez, si vous pensez que le savoir vous apportera bonheur. Elle est bien douce, la voix de la connaissance, suave et surtout réconfortante. Elle ne vous inquiète pas, et vous borde gentiment tous les soirs. Elle vous raconte éternellement l’histoire du monde.

« Or, souvenez-vous des jours anciens. Souvenez-vous de votre première poignée d’herbe, que vous avez arrachée au sol de ce Jardin pour l’ingurgiter goulûment. Souvenez-vous de son goût. Souvenez-vous combien il vous avait surpris de constater qu’elle était bonne, cette herbe.

« La goûtez-vous toujours lorsque vous l’avalez? Reconnaissez-vous les variantes? Sentez-vous sa texture plus ronde lorsqu’il a plu? Et son goût plus acide, près des grandes portes, le percevez-vous?

« Maintenant pensez à ce que vous savez. Pensez combien vous étiez émerveillés lors des premières messes auxquelles vous avez assisté, qui célébraient le savoir. Mais les jours et les prêtres austères vous ont ternis, chers collègues. La raison en est fort simple. Vous êtes habitués.»

J’en appelai à l’intelligence de l’humain et je leur fis part de mon raisonnement. Quelques uns comprirent. Il fallait quitter avant que le savoir ne nous assomme, et nous tue. Nous étions avant tout, sous la soutane, sous ce noir si lourd, nous étions des femmes et des hommes. Nous étions la vie, mais nous ne l’incarnions plus, nous nous contentions de la connaître.

À cela on acquiesçât généralement, pourtant des objections percèrent.
– C’est pareil dehors, seulement là-bas, on ne sait pas. Je demandai en quoi il pouvait en être de la sorte à l’extérieur. Comment on pouvait se blaser si on ne faisait que vivre.
– Les pieds collés au sol, la lumière crue du jour dans les yeux, et l’incompréhension. Ces gens-là, dehors, ne voient rien, devraient faire d’immenses efforts pour bouger et n’en voient pas l’intérêt parce qu’ils ne savent pas, me répondit le moine réfractaire. Il faudrait tout remodeler.
– Dis-moi, il faudrait donc pour vivre que l’on n’existe pas, lui demandai-je. La salle se remplit de murmures d’incompréhension. J’élaborai. Puisque le premier obstacle est le corps, il faudrait, pour agir, pour bouger, pour avancer, que l’âme puisse voyager et évoluer sans le corps.
– Il y a aussi la paresse.
– Qui émane du corps, rétorquai-je. Je ne pouvais pas véritablement contredire ces arguments. La vie, tant au Jardin qu’à l’extérieur, ne pouvait être invitante que si on y accolait une raison d’être valable. Or, chaque fois que quelqu’un croyait y trouver un sens, d’autres, plus anciens, expliquaient comment ils y avaient déjà songé, et comment ils avaient compris un peu plus tard que telle justification de l’existence était illusoire, que telle aspiration était vaine. Vraiment, il eût fallu pour vivre que l’on naquît tous le même jour.

Troisième mouvement …
Une cloche. Au loin. Ça n’en était pas une du Jardin, le son provenait de la ville. Déjà la douce illusion de mon arrivée au Jardin me manquait. Déjà le Jardin me manquait. Comme elle est douce, la berceuse du Savoir ; je le reconnais, maintenant. Ce qu’elles sont belles, les Cathédrales en plein soleil. L’effort me donnait déjà peine à souffler. Ce qu’elle est lourde, la conscience, lorsqu’elle vous tombe dessus. Bien plus lourde que la Connaissance.

4 réflexions sur « La Vérité sur la Connaissance (ou comment quitter le Jardin en trois mouvement sans avoir vraiment tout compris) »

  1. Je dois avouer que cette idée de jardin qui revient comme leitmotiv est très intéressante…Le jardin comme lieu d’évolution et de réflexion est à la fois très paisible, à la fois tout fourmillant de vie et de lianes imprévues qui nous attachent parfois sans prévenir…Le jardin c’est aussi l’errance non? Ou alors un microcosme de notre socitété? Je t’invite spontanément à me faire le dessein de ta métaphore du jardin, je suis toute ouïe si le coeur t’en dis. Une section de ma curiosité est également été piquée par l’enveloppement quasi-spirituel que tu donnes à tes textes. S’agit-il d’une foie inébranlable en Dieu le père tout puissant ou alors simplement un canevas de croyances bien personnelles que tu appliques? Cher esprit libre, que la verve te pique ou non en ma faveur, je suis ravie d’être tombée sur ton blog. Te lire est un vrai délice.

  2. Les Jardins nous attirent tous, non? Tranquilles et beaux. Et on s’y endormirait volontiers.

    Et que penses-tu du Savoir? Est-ce qu’on ne s’y endort pas? Et de la religion? Du Droit? Du travail? Des relations humaines? À chacun sa religion.

    La foi, sans «e», est plurielle. Dieu, lui, n’est qu’un, apparemment. Si vraiment tu t’intéresses à ma foi, je te laisse deviner son étendue.

    En attendant, tu pourrais peut-être nous dire ce que tu as dans le ventre. Manges-tu les croûtes de ton pain 14 céréales?

  3. Oui. En effet. Il arrive que je mange mes croûtes et qu’elles parcourent mon foie (cette fois avec un « e » n’est-ce pas) avec grand plaisir! Voilà tout un acceuil sur ton blog, en effet. Alors…voyons voir si mon pain est vraiment à grains entiers…

    À mon avis, le savoir est essentiel à l’homme intelligent assoiffé de nourrir sa curiosité sans borne. Ton texte « Les tours du jardin » relate délicieusement et précisément l’intensité et la force qui s’emparent de nous lorsque notre esprit rassasie une part de sa soif de connaître. Le savoir est pour moi un élément qui, sans une rencontre obligatoire avec jugement équilibré et juste, perd beaucoup de son éclat. Je regardais justement mon oncle philosophe un jour passé, qui, bien qu’il ait lu tous les essais de Hölderlin et de Neitzsche, n’est pas foutu d’élever son fils de 4 ans. L’équilibre, puisqu’il est à mon avis au centre de l’accomplissement de tous les volets de la vie de l’Homme, se révèle une fois de plus, comme l’élément qui stabilise la balance et rend l’intérêt du savoir plus ou moins reluisant selon le dosage. On s’endort dans le savoir lorsqu’il nous empêche de voir ce qui l’entoure, lorsqu’il s’empile comme des briques, dans une structure sans émotion, sans contact avec la vie, avec les fleurs du jardins qui, l’espace d’une éclosion, ont beaucoup à nous apprendre…

    Alors, cher impoli (!), à vous la parole…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *