Les chapeaux de spleen

« Le calembour est la fiente de l’esprit qui vole » (Hugo)

y’a plus d’aurore
tous les matins sont gris
à demi clos
y’a plus d’hasard
et sans ta vie
et sans ta peau

et les chapeaux
de spleen pleurent
des lames de nuit
des larmes de jour
bavure exquise
et, calembour
sur l’existence modeste
et l’absence infinie

y’a plus d’aurore
tous les matins sont nuits
totalement clos
exactement clos
parfaitement clos

bêtement, c’est clos.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *