J’avais oublié Ferré

Souvenir d’une ère que je n’aurais jamais dû quitter. Le sentiment associé à l’insouciance, à la véritable légèreté de l’être

C’est un gosse qui s’amuse. Qui incarne la vie d’un autre, et qui se trouve réjoui de scander à haute voix « y’en a marre », comme si de chanter « On vit on mange et puis on meurt, vous ne trouvez pas que c’est charmant et qu’ça suffit à notre bonheur » avait quelque chose de joyeux.

Pourtant je rayonnais. Je vivais de le hurler, de le croire. Mais risiblement, je ne comprenais pas. J’y pigeais rien. Et c’était bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *