How do we say "Béton"

« How do we say « Béton »? Anyway I don’t like Montréal ’cause there’s too much of it ».

Et je me sens comme une brique, aux propos lourds d’incohérence et d’inconsistence. Je suis une bouette de fabriquation de brique, I’m « unthickened, not yet dried ciment », I’m an elephant, a stupid white elephant with wide ears and loooooong nose, I’m a stupid frenchie, un être futile et sans profondeur, je suis une surface plane, je suis plat et rond, je suis un cercle vide, je suis une carotte, je suis un ruban à mesurer, une rondelle d’oignon, je suis cru, je suis une branche morte, une métaphore déambulatoire, je suis un exercice stylistique ardu et incomplet, je suis une odeur rance de canelle brûlée, je suis une chienne excessive, un poison riverain, je suis de la crème blanche, visqueuse, je suis une grimace en sourdine, un cardinal lourd et désoeuvré, je suis une tache noirâtre, un vent de l’ouest, un champion du ku klux klan, une merde transationale.

Moi je cherchais quelque chose à dire et la conne elle a pas vu la métaphore, c’est sûr. Je me rassure souvent en me disant que je vaux plus que l’image que je projette, mais… doute. Un projecteur qui éclaire 1000 watt vaut mille watt, fait circuler mille watt. That’s all.

De toute façon c’était une bouchée d’anglaise, n’est-ce pas? Goûte amer comme le thé noir. I’m drowning in it. Et dans des discussions superficiellement engagées et superficiellement engagées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *