Jésus l’homme.

C’est qu’il faut voir comment tu légitimes ta dîme, comment tu attouches ta vie, attente à tes espérances pour un homme qui jadis est mort comme tant d’autres. Comment expliquer deux mille ans plus tard, plus tard qu’un seul homme, qu’un seul homme soit à l’origine de tant d’émeutes. En vérité, en vérité je vous le hurle, si les romains ont tué Jésus parce que les juifs ne les en ont pas empêché, alors meute d’hurluberlus, vous avez jouï d’une belle petite histoire, maintenant il faudrait peut-être cesser de nous entretuer pour Hansel et Gretel. Le dernier autodafé, je suggère que ce soit Saint-Pierre qui le réalise, mais alors tant de brûlures, tant de plaies pour un feu qui n’aura plus aucune explication, je l’admets, ce serait faute que de les détruire pour un seul homme. Conscientisons les masses, car son ignorance est lourde. Feu, Jésus quand mourras-tu donc?

Jésus n’est pas mort pour nous, il n’est jamais ressuscité, il s’est contenté de nous raconter une belle histoire, et croyez-moi, on n’est pourtant pas près de tourner la page.

Mais faudrait.

2 réflexions sur « Jésus l’homme. »

  1. Jésus, l’homme, soulève la polémique. Mais j’ose à penser que l’Église, la vrai, la grosse machine, s’enligne, en ce 21e siècle, pour faire de leurs personnages des hommes comme toi et toi. Et sur ce chemin relier les importuns. Si les penseurs laïques, et quelle plume tu as frère séculier, montent aux remparts des croyances sans âmes, la guerre en sera une de survie. Et sur ce point tes textes sur le sujet font du bien aux armées. Je te salut, encore et encore.

  2. Nous en discuterons. En attendant, je suis libre penseur…

    …maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *