«Il suffit d’un baiser pour apprendre l’amour»

Ce qu’on en dit des conneries sur l’amour. Ce que ça nous occupe, d’en parler, d’un sentiment qu’on s’est inventé, quelque part au Moyen Âge, pour faire mignon, pour faire valeureux, pour l’honneur. Ce qu’on s’en crée, des raisons de vivre, ce qu’on s’en balance, au fond. C’est qu’on veut mourir quand ça commence,tout comme quand ça se termine, et on souhaiterait l’éternité du moment dès qu’on copule, dès qu’on jouit,dès qu’on est ensemble et qu’on espère. L’amour est un sentiment qui vit d’espoir et meurt du désespoir.L’amour, l’amour c’est comme une fleur, c’est comme… Mais faites-moi rire!

L’amour existe-t-il? Encore? Chante Céline! Nah. Sans blague. Ce qu’on en dit des conneries, sur quelques stupides papillons qui s’excitent quelque part entre le coeur et le bas-ventre, à l’idée d’un peu de tendresse. Et ce qu’on en ferait des bassesses pour ces papillons-là.

Au fond, ce qu’on veut, c’est l’inaccessible toujours recréé. Ce qu’on souhaite, c’est le sexe, et la grandeur du sentiment; qu’on puisse en parler, et même l’analyser de façon rationnelle. Pouvoir dire «je l’aime parce que…», comme si «j’aime» ne suffisait pas. Qu’on puisse en parler, parce que ça nous change de parler du beau temps.

Ce qu’on en dit, des conneries.

Au fait, je vous ai dit que j’avais une copine?

Une réflexion sur « «Il suffit d’un baiser pour apprendre l’amour» »

  1. haha.
    ce que je me reconnais là-dedans.
    mais même si j’ai un copain, suis toujours pas convaincue de l’amour. même si c’est là, bang.
    apprendre l’amour.. je sais pas. ça doit vraiment être comme ça? j’ai vu trop de films je crois.

    rl.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *