À côté

j’suis à côté de mes pompes
assis par terre
je regarde le ciel qui tombe
paratonnerre

une marguerite entre les dents
le lac aux pieds qui part au vent
le jour a peur de voyager
noie sa quiétude dans le vouvray
le lac se mire dans ma gueule demi-onde
j’sais plus trop ce qui me fascine du monde
peut-être qu’au fond ‘ y a que de la fange
une vieille botte deux trois poissons
j’irai pas voir de toute façon
je me noierais bien dans sa face d’ange

la vieille route marche le dos courbé
moi j’ai une humeur d’angleterre

je regarde le ciel qui tombe
paratonnerre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *